Accueil » Pourquoi ? » La vulnérabilité au VIH et à l’hépatite B...

Une vulnérabilité plus grande des personnes d’Afrique subsaharienne

  • face au VIH

Les personnes originaires d’Afrique subsaharienne sont particulièrement touchées par le VIH, en particulier les femmes. En 2008 en France, 53 % des nouveaux diagnostics de VIH/sida chez les femmes et 35 % chez les hommes hétérosexuels concernaient une personne de nationalité d’un pays d’Afrique subsaharienne.

Cette situation est le reflet de l’épidémie au niveau mondial, le continent africain étant le plus touché. L’ampleur de l’épidémie dans la population africaine vivant en France est due en grande partie à la gravité de l’épidémie dans les pays d’origine. Mais, d’après les données statistiques françaises concernant le VIH, un quart des contaminations dans cette population aurait eu lieu en France.

Les migrants originaires d’Afrique subsaharienne peuvent connaître dans le pays d’accueil des situations les exposant au risque d’être infectés par le VIH et d’être dépistés tardivement. Précarité et solitude peuvent les conduire à prendre des risques sexuels, en particulier s’ils sont réticents à l’utilisation du préservatif.

Cependant cette exposition au risque d’infection par le VIH en France, mais aussi les difficultés de la vie avec la maladie une fois que l’on est diagnostiqué VIH ne concerne pas de la même façon toutes les personnes nées en Afrique subsaharienne. Elles sont fortement liées à la précarité à laquelle sont soumis certains migrants, en particulier des difficultés de logement, des difficultés financières et administratives, et un risque d’isolement. Les femmes sont particulièrement touchées par ces difficultés, surtout celles qui élèvent seules des enfants.

  • face à l’hépatite B

Il existe moins de données statistiques pour l’hépatite B que pour le VIH, mais on sait que cette infection est aussi très fréquente parmi les migrants d’Afrique subsaharienne. Une enquête menée en 2004 auprès des assurés sociaux du régime général de l’assurance maladie en France a montré que ces personnes originaires d’Afrique subsaharienne étaient huit fois plus touchées par l’hépatite chronique B que la population générale.

On estime qu’un adulte sur dix originaires du continent africain est porteur d’une hépatite chronique B. Il s’agit d’une maladie grave qui peut conduire au décès par cirrhose ou cancer du foie.